Tendance 1: Les attentes et les pressions grandissantes qui pèsent sur la fonction immobilière augmentent le risque de sous-performance

La pression exercée par les hauts dirigeants de l’entreprise exige l'adoption de mesures d’ordre tactique et stratégique. Les directions immobilières sont mises au défi et doivent élargir leurs missions, pour créer de la valeur dans de nouveaux domaines.

Cette tendance, qui s'est intensifiée depuis notre étude de 2011, pousse les directions immobilières à engager une transformation progressive. Une mue compromise par le très faible investissement qui a été fait dans la majeure partie des entreprises, dans le recrutement de talents immobiliers internes au cours des dernières années. De nombreuses directions immobilières pâtissent ainsi d’une pénurie des compétences stratégiques qui leur permettraient de concevoir des espaces de travail véritablement performants et d’aborder la question montante de la productivité des collaborateurs. Dans ce contexte de ressources contraintes, la capacité des directions immobilières à assumer pleinement leurs nouvelles missions apparait très compromise.

Lire la suite
  • Imprimer
  • Télécharger la version imprimable
  • Envoyer à un ami
  • Accédez à l’ebook
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Publier sur LinkedIn
Lire la suite
Close

TENDANCE 1 ENSEIGNEMENTS

  • Le fait de rapporter directement au Comité de Direction – et notamment au directeur général, au directeur d'exploitation et au directeur financier, a permis aux directions immobilières de renforcer l'alignement de la stratégie de la fonction immobilière avec celle de l’entreprise. Toutefois, le contexte économique et les restrictions budgétaires ont maintenu la pression exercée sur les directions immobilières, les conduisant à mettre en place des tactiques de court terme, souvent au détriment de décisions stratégiques de long terme. Une orientation sous-tendue par la volonté de renforcer les résultats financiers de l’entreprise par le biais de réductions de coûts et/ou de libérations de capital.
  • D’année en année, les directions immobilières éprouvent de plus en plus de difficultés à mettre en œuvre les moyens tactiques nécessaires à l’atteinte de leurs objectifs de réduction des coûts, s’étant déjà saisi de la plupart des opportunités accessibles dans leurs portefeuilles.
  • L’attention se cristallise donc sur tout un ensemble d'exigences plus stratégiques, comme l'amélioration de la productivité des collaborateurs et des espaces de travail. Ces nouveaux impératifs exercent une pression supplémentaire sur les directions immobilières et révèlent au grand jour les failles structurelles qui compromettent leur contribution et leur positionnement futurs.
  • Les réticences des entreprises à investir, la structure parfois limitée et fragmentée de la fonction immobilière, l’accès insuffisant à des bases de données et à des analyses détaillées permettant de mesurer la valeur créée et le manque profond de compétences et de connaissances dans les directions immobilières sont autant d’obstacles qui les empêchent de répondre à cette demande croissante.
  • Lorsqu’on les interroge sur les qualités fondamentales qu’elles devront réunir à l’avenir, les directions immobilières révèlent redouter que ce plafonnement de capacités et ce déficit de compétences n’entravent encore un peu plus leur contribution et, en définitive, leur succès futur au sein de l’organisation.
  • Télécharger la version imprimable
  • Accédez à l’ebook
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Publier sur LinkedIn

Risque: une surexposition auprès du comité de direction

Chiffres clés

Attentes des entreprises en termes de performance de l'immobilier

Capacité des directeurs immobiliers à répondre aux nouvelles exigences

Les enjeux des Directions immobilières devenant plus larges, c’est la nécessité de changement qui arrive en tête des préoccupations